Vous êtes sur BLOGS > le blog des livres « avril 2012 | Accueil | juin 2012 »

mai 2012

30 mai 2012

Cousu de fil rouge

Blog sophie
On connaît les récits décrivant, du point de vue français, la mode des voyages en Union soviétique, des années 20 aux années 1980, le plus célèbre d’entre eux étant sans conteste le Retour d’URSS d’André Gide sorti dans les librairies françaises en novembre 1936. Cette mode est une énigme comme le fut la fascination d’une partie des élites intellectuelles, artistiques et scientifiques, pour la « patrie du socialisme ». Pour tenter de mieux comprendre le « pèlerinage à Moscou », deux spécialistes des mondes soviétiques, Sophie Coeuré et Rachel Mazuy, aidées de deux traductrices, archivistes aux Archives de l’Etat de la Fédération de Russie, ont édité dans un passionnant volume du CNRS Editions (coll. « Mondes Russes », 381 p., 25 €) ces Voyages des intellectuels en Union soviétique saisis du côté des hôtes et organisateurs grâce à l’exploitation de trois fonds d’archives, ceux de la Société panrusse pour les relations culturelles avec l’étranger (VOKS), du ministère de l’Education, et de l’Intourist. Méticuleusement présentés, ces documents inédits en France, publiés quasi-in extenso, sont précédés d’une riche introduction de Sophie Coeuré qui remet en contexte ce mythe politique et littéraire que fut le voyage en URSS et plonge dans ses « coulisses ». Le titre de l’ouvrage, Cousu de fil rouge, est emprunté à une citation d’André Gide écrivant à André Malraux en 1935 : « Défendre la culture, bien, mais alors pourquoi uniquement des signatures de gauche ? Ca lui paraît, comme il dit, cousu de fil rouge ! ».

Vincent Duclert 

 

28 mai 2012

Le fer rouge de la mémoire

Blog semprun
Pour continuer sur l’Europe vivante, rendons hommage avec les éditions Gallimard à l’écrivain Jorge Semprun, authentique européen disparu il y a un an, le 7 juin 2011. Commencée dans l’Espagne de l’état de siège du général de Rivera, achevée à Paris où il avait élu domicile et où il se considérait comme chez lui (mais pas assez pour les immortels de l’Académie française qui ne le jugèrent pas assez français), sa vie aura tout connu et se sera étendue sur toute l’Europe. Semprun plonge dans la guerre d’Espagne, dans l’exil républicain, dans la Résistance française, dans la déportation à Buchenwald, dans la clandestinité communiste en Espagne franquiste, dans la lutte contre le stalinisme, dans l’engagement pour la liberté démocratique en Europe, dans l’expression de sa mémoire tragique, dans la création littéraire. Une passionnante chronologie illustrée ouvre le volume Quarto de ses romans, préfaces et essais accompagnés de différents articles et d’un glossaire final très utile (Le fer rouge de la mémoire, 1184 p., 25 €). 

Le premier article qui ouvre le recueil est celui qu’il consacra en 1947 à L’Espèce humaine de Robert Antelme. En 1963, Semprun transmit lui-même son expérience de la déportation dans un livre sans équivalent, remarquable, Le grand voyage. Il comprend une longue narration du voyage vers les camps, le train traversant la France de l’Est et le narrateur recomposant la France qu’il aime comme une oeuvre d'art, qui fut sa raison de vivre, de survivre et de se battre.

Semprun a su aussi reconnaître l’unité philosophique de l’Europe dans la volonté des philosophes de refuser l’écrasement. En 2002, la Bibliothèque nationale de France l’invita à prononcer trois conférences intitulées : « Une morale de la résistance : Husserl, Bloch, Orwell ». On pourrait y ajouter Jan Patočka dont Semprun admirait la philosophie de résistance ne concevant aucune frontière, étendue à l'échelle du continent et du monde. 

Vincent Duclert 

 

24 mai 2012

Se souvenir de la Grèce

Blog debray
On a beaucoup parlé durant les dernières élections présidentielles des « frontières », l’un des thèmes de campagne de Nicolas Sarkozy. Henri Guino, son conseiller spécial, avait emprunté au dernier opuscule de Régis Debray, Eloge des frontières (Paris, Gallimard, coll. Blanche, 2010, 97 p., 7,90 €). Issu du texte d’une conférence prononcée à la Maison franco-japonaise de Tokyo, ce petit livre fait l’éloge des villes frontière de l’Europe, « Tanger, Trieste, Salonique, Alexandrie, Istanbul. Accueillantes aux créateurs et aux entreprenants. Aux créateurs et aux entreprenants. Aux passeurs de drogue et d’idées. Aux accélérateurs de flux. [...] Nous avons tous, nous autres les poussifs, une dette à leur égard. Que serait aujourd’hui la langue française sans les écumeurs de l’outre-mer ? Il en va des civilisations comme des langues : stagnantes, elles doivent leurs rebonds à leur rebords, à leurs changements de portage quand elle en rencontre une autre, exotique jusqu’alors. En quoi il est aussi idiot d’opposer le centre à la périphérie que le substrat à la surface : notre intimité s’exhibe par l’épiderme. » 

Abandonner aujourd’hui la Grèce, ce serait ainsi renoncer à une partie de nous, la plus précieuse peut-être. Se souvenir de la Grèce, c’est rester fidèles à une haute idée de nous-mêmes, idée de voyages, de grands horizons, de langues et de cultures rapprochées, d’histoire et de savoir. 

Vincent Duclert 

22 mai 2012

La constitution de l'Europe

Blog habermas
Le philosophe allemand Jürgen Habermas choisit, à 83 ans, d’agir sur le destin de l’Europe en démontrant, dans un ouvrage fait de différentes interventions publiques, les risques que prend l’Union à retirer à un pays, la Grèce, la maîtrise de son avenir politique, au nom d’impératifs monétaires et économiques communs. Cette menace d’un « évidement du processus démocratique » impose de repenser toute l’Europe et de tendre vers une entité commune à la fois supranationale et démocratique [...] : dans une Europe ainsi réformée, c’est aux Etats membres qu’il reviendrait d’assumer le rôle indispensable de garants des libertés républicaines ». (La constitution de l'Europe, traduit de l’allemand par Christian Bouchindhomme, Paris, Gallimard, coll. « NRF Essais », 2012, 240 p., 18,90 €).

V.D.

 

20 mai 2012

La Statue de la Liberté

Blog berenson big
Puisque le nouveau Président français est reçu avec maints égards aux Etats-Unis, saluons la parution au même moment de la première histoire de la Statue de la Liberté, cadeau du peuple français au peuple américain. Geste supplémentaire, l’étude de l’historien américain Edward Berenson, professeur à New York University, paraît simultanément dans sa version originale chez Yale University Press et en traduction française (par les soins de Marie-Laurence Netter) aux éditions Armand Colin (20 €). Il faut se souvenir que ce geste de la France aux Etats-Unis fut une initiative de citoyens en direction du peuple américain et non un cadeau d’Etat à Etat comme on a trop souvent tendance à la croire. C'est l'une des précieuses mises au point d'un livre très attendu, porté par une écriture sûre et accessible et traversé d'une exemplaire plongée dans les archives. 

Icône universellement connue, la statue de la Liberté est sans doute le plus significatif de tous les symboles américains. Pourtant, quand le monument a vu le jour à Paris en 1884 et est arrivé dans le port de New York un an plus tard, ses contemporains n’auraient jamais pensé que ce cadeau du peuple français aux Etats-Unis occuperait une place prépondérante dans l’imaginaire des Américains.La statue de la Liberté doit son existence à la rencontre de deux hommes : Édouard de Laboulaye, intellectuel français qui s’intéresse beaucoup à la politique américaine, et Auguste Bartholdi, sculpteur alsacien dont les travaux commencent à être reconnus. Laboulaye a l’idée de faire un grand geste envers l’Amérique pour marquer avec éclat le centenaire de l’indépendance américaine et sceller l’amitié entre la France et les États-Unis. Entamée en 1875, cette construction durera plus de dix ans.

La Statue de la Liberté raconte le périple de cette aventure, des difficultés financières au scepticisme des gouvernements de part et d’autre de l’Atlantique jusqu’à ce que la ténacité de quelques-uns vienne à bout de toutes ces vicissitudes et inaugure un monument d’universalité et d’imaginaire individuel : d’aucuns peuvent y voir l’émancipation des esclaves, la liberté individuelle chère à Tocqueville ou encore les « déshérités » décrits dans le poème gravé d’Emma Lazarus :

"Donne-moi tes pauvres, tes exténués

Qui en rangs serrés aspirent à vivre libres

Le rebut de tes rivages surpeuplés,

Envoie-les moi, les déshérités, que la tempête me les apporte

De ma lumière, j’éclaire la porte d’or !"

V.D.

 

La ministre et son blog

Blog fioraso
Geneviève Fioraso, ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche dans le nouveau gouvernement de Jean-Marc Ayrault, est moins présente en librairie que son collègue de l’éducation nationale (voir notre précédent article). Elle a cependant signé ou co-signé des rapports parlementaires depuis son entrée au Palais-Bourbon en 2007 comme députée de l’Isère. Elle a été rapporteur pour avis des budgets sur l'industrie, l'énergie, le développement durable, la recherche technologique en 2009, 2010 et 2011, elle a rédigé en décembre 2008 avec Claude Birraux, député et Président de l'OPECST et Jean-Claude Etienne, sénateur, un rapport sur l'évaluation de l'application de l'article 19 de la loi de programme pour la recherche, elle est l’auteur du rapport de l'Opecst sur la biologie de synthèse en 2012. 

Son activité d’écriture s’exerce aussi sur son blog de députée dont elle poursuit l’activité depuis qu’elle est ministre (https://www.genevieve-fioraso.fr/). Nommée le 16 mai dernier comme l’ensemble du gouvernement, elle a commenté sur la toile sa nouvelle charge : 

« Je suis très honorée de la tâche que m’a confiée Jean-Marc Ayrault à la tête du Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Je mesure les enjeux de ce domaine décisif pour le développement et l’avenir de notre pays.Je suis engagée depuis plusieurs années dans un travail collectif avec les acteurs du domaine, sur le pôle grenoblois comme au niveau national. Les orientations prises au Forum des Idées de l’Enseignement supérieur et de la recherche que j’ai présidé pour le PS en mai dernier se sont précisées pendant la campagne des présidentielles.François Hollande a mis la jeunesse au coeur de son projet. La vie étudiante, la réussite en premier cycle et l’orientation seront donc des axes d’action prioritaires.Depuis cinq ans, les universités, les organismes de recherche et tout leur personnel ont été bousculés par des changements insuffisamment concertés. Il est donc urgent de rétablir le dialogue en confiance. C’est le sens du discours fort prononcé par le Président de la République le jour de sa prise de fonctions, devant la statue de Jules Ferry, suivi d’un hommage à Marie Curie. Il a réaffirmé sa priorité pour l’école, l’Université, la recherche de la République  et sa confiance dans  un progrès partagé et durable en France et en Europe.Je m’inscrirai dans cet état d’esprit.16 mai 2012 ».

Le 19 mai, toujours sur son blog, elle rapportait l’état d’esprit de « Responsabilité et de rigueur » qui avait prévalu au premier Conseil des ministres.

Vincent Duclert

Photographie. La passation de pouvoir rue Descartes

17 mai 2012

Un philosophe au ministère

Blog peillon
Depuis son entrée en politique et ses premières responsabilités au parti socialiste (1993, secrétaire du groupe des experts ; 1995, délégué auprès du premier secrétaire Lionel Jospin) aussi bien que ses premiers mandats (1997, député de la Somme), Vincent Peillon a poursuivi une carrière intellectuelle et scientifique en philosophie, dont il est agrégé et docteur (en 1992).

Sa thèse portait sur Maurice Merleau-Ponty ; il en a tiré un livre (La Tradition de l’esprit : itinéraire de Maurice Merleau-Ponty, Grasset, Paris, 1994). Sa bibliographie ne va pas cesser alors de grandir, avec un ouvage sur Jaurès philosophe (Jean Jaurès et la religion du socialisme, Grasset, Paris, 2000), une étude sur Pierre Leroux et le socialisme républicain, Le Bord de l’eau, 2003), une recherche sur la philosophie de Ferdinand Buisson (Une religion pour la République : la foi laïque de Ferdinand Buisson, Paris, Le Seuil, coll. « La Librairie du XXe siècle », 2010), une substantielle introduction aux Annales bergsoniennes édité par Frédéric Worms (tome 5, Bergson et la politique, PUF, 2011), ainsi qu’un essai sur la République et sa dimension philosophique (La Révolution française n’est pas terminée, Paris, Le Seuil, 2008) prenant le contre-pied de François Furet, et des Conversations républicaines (avec François Bazin, Paris, Denoël, 2011). Il est également l’auteur d’un Eloge de la politique : une introduction au XXIe siècle (Paris, Le Seuil, coll. « La Librairie du XXe siècle », 2011).

La politique au quotidien, dans un parti réputé pour ses conflits de personnes et d’intérêts, ne lui a pas toujours permis de faire vivre ensemble ces deux directions philosophique et politique. Leur confrontation a pu passer cependant par des lieux qu’imagina aussi Vincent Peillon, sa collection de la « Bibliothèque républicaine » qui, aux éditions du Bord de l’eau, réédite avec de substantielles préfaces des classiques oubliés du XIXe siècle, ou bien l’Institut Edgar Quinet qui « mobilise les universitaires et les intellectuels les plus qualifiés pour qu’ils confrontent leurs réflexions avec les pratiques des élus » (https://www.edgarquinet.fr/delia-CMS/institut_edgar_quinet/topic_id-2/presentation.html).

L’arrivée de Vincent Peillon à la rue de Grenelle place donc résolument un philosophe devant ce défi toujours rappelé d’agir pour la chose publique selon les idées et les savoirs, en fonction d’une haute idée qui puisse être donnée de la politique.

Vincent Duclert

15 mai 2012

Tous républicains!

Blog belot
Si l’institution du Président de la République n’appartient pas à la conception historique de la République fondée sur une notion parlementaire du pouvoir, la Ve République lui a donné une place considérable, exorbitante pour certains. Elle incarne cependant la République dans son lien avec les Français (le mode de scrutin de l’élection du Président de la République), avec la nation et avec l’Etat dont il est le chef. Le choix de François Hollande de devenir un Président « normal » sera à cet égard observé avec beaucoup d’attention. Les origines et la modernité des valeurs républicaines font l’objet, chez Armand Colin, d’un substantiel collectif dirigé par Robert Belot. Une occasion, aujourd’hui, de lire ou relire Tous républicains ! (coll. « Recherches », 317 p., 29 €) 

Vincent Duclert

13 mai 2012

Jules Ferry et la République

La presse et les médias comme la Dépêche de Toulouse ont annoncé le 11 mai 2012 que le Président élu François Hollande fera suivre la passation de pouvoir au palais de l’Elysée de deux « gestes symboliques ».

« Le nouveau président de la République François Hollande rendra hommage mardi après-midi à l'ancien ministre de l'Education de la IIIe République Jules Ferry et à Marie Curie, prix Nobel de physique et chimie, a-t-on appris vendredi auprès de son équipe et de proches. A peine entré en fonction à l'Elysée, M. Hollande ira déposer une gerbe au pied de la statue de Jules Ferry, défenseur de l'école laïque au jardin des Tuileries. Il se rendra ensuite à l'Institut Curie pour rendre hommage à Marie Curie, a-t-on précisé de mêmes sources. [...] François Hollande a préféré lui rendre hommage à l'Institut Marie Curie pour ne pas mettre ses pas dans ceux de François Mitterrand qui en 1981 avait inauguré son septennat en allant se recueillir, dans ce temple des grandes figures du pays, une rose à la main qu'il avait déposée sur le cercueil de Jean Moulin. »

Précisons toutefois que Marie Curie est elle aussi au Panthéon désormais, depuis la décision du Président François Mitterrand d’y transférer ses cendres ainsi que celles de son mari Pierre, au cours de la cérémonie du 20 avril 1995, peu de temps avant la fin de son second septennat. La continuité est de mise dans les choix du nouveau Président de la République. Il est pourtant toujours utile de revisiter l’histoire de Marie Curie qui est aussi celle de l’intolérance de la République ou du moins de certaines de ses élites masculines et académiques. C’est ce que nous avons rappelé dans l’article d’hier (voir plus bas).

Blog ferry
Le choix de Jules Ferry pour porter le « geste symbolique » du nouveau président élu indique la priorité qu’il souhaite donner à l’école et à la politique scolaire durant les cinq prochaines années. Celui qui fut ministre de l’Instruction publique puis président du Conseil est considéré comme le père de l’école républicaine, honneur qu’il partage avec Ferdinand Buisson, longtemps directeur de l’enseignement primaire et chargé à ce titre de la conception et de l’application des principales lois scolaires. Vincent Peillon lui consacra un bel essai en 2010, Une religion pour la République. La foi laïque de Ferdinand Buisson (Paris, Seuil, coll. « La Librairie du XXIe siècle », 293 p., 19 €).

Blog gaillard
Entre Jules Ferry et François Hollande existe aussi une histoire de livre et de fidélité. L’un de ses plus proches amis, Jean-Michel Gaillard, disparu en 2005, et qu’il avait connu au cabinet de Max Gallo, porte-parole du gouvernement en 1983, est l’auteur de la biographie de référence du grand homme. Elle parut en 1989 aux éditions Fayard, dans la série des biographies historiques qui fait la réputation de cette maison. François Hollande est en pays connu avec Jules Ferry. La difficulté résidera cependant pour lui dans la nécessité de se garder du mythe et d’accepter l’autre volet de la politique ferryste, la colonisation dont il fut le grand promoteur et qui l’amena à se heurter vivement à Georges Clemenceau.

Voici un rappel de l’action de Jules Ferry à la tête du ministère de l’Instruction publique et du gouvernement de la République.

Vincent Duclert

 

Lire la suite " Jules Ferry et la République " »

12 mai 2012

Marie Curie, un « geste symbolique » de François Hollande

Blog curie

En février 2011, La Recherche avait commémoré le centenaire du second prix Nobel de Marie Curie, obtenu en chimie pour la découverte du radium et du polonium, par un numéro des Dossiers de la Recherche qui lui était dédié. Nous proposons ci-dessous une version augmentée de l’article que nous avions publié sur les relations de la République avec cette femme et savante hors-du-commun. Des relations, on le verra, loin des images d’Epinal qui parsèment la mémoire nationale. Si Marie Curie « représente les valeurs de la République » comme a bien voulu le déclarer le directeur de l’Ecole nationale d’administration, en conclusion de la journée d’étude « Marie Curie » (pour la promotion du même nom) le 10 juin 2011 à Strasbourg, il faut bien reconnaître que cela résulte surtout d’un long combat pour faire accepter la première à la seconde. Rien n’a été acquis pour Marie Curie comme l’évoque le texte ci-dessous.

Demain, suite de la « déambulation » présidentielle dans l’histoire de France, avec Jules Ferry, seconde figure choisie par François Hollande pour la journée républicaine du 15 mai 2012.

 

Lire la suite " Marie Curie, un « geste symbolique » de François Hollande " »