Vous êtes sur BLOGS > le blog des livres

 

05 avril 2013 |

La conscience malheureuse

Blog fondane
La « conscience malheureuse » du poète Benjamin Fondane, c’est la douleur existentielle de l’être contemporain qui tente de rapprocher deux mondes qui s’éloignent, celui de la raison et de la croyance, le divorce en d’autres termes entre Athènes et Jérusalem. Paru en 1936 chez Denoël, l’œuvre a aussitôt marqué la pensée d’Albert Camus, de Jean Grenier ou, plus proche, d’Yves Bonnefoy, comme le rappelle Olivier Salazar-Ferrer, le préfacier de cette nouvelle édition publiée par Verdier (368 p., 20,50 €). Benjamin Fondane fut un profond et brillant penseur de l’entre-deux-guerres parisienne, né en Roumanie en 1898 dans une famille juive très éduquée de Jassy (Moldavie). Installée d’abord à Bucarest où il collabore à de nombreuses revues littéraires et créé le théâtre d’avant-garde Insula (« L’île ») et où il subit l’antisémitisme qui grandit en Roumanie, il arrive à Paris en décembre 1923. En quelques années, il devient un intellectuel de premier plan, jusqu’à son arrestation le 7 mars 1944 par la police française, en même temps que sa sœur Line. Ils sont internés à Drancy. Suite à différentes démarches, Fondane est autorisé à sortir du camp. Mais il refuse de quitter Drancy sans sa sœur, Line, qui est encore citoyenne roumaine. Ils sont déportés à Auschwitz le 30 mai (l’avant-dernier convoi de Drancy no 75). Le 2 ou le 3 octobre, comme le mentionne la chronologie proposée par le site des Editions Verdier*, Fondane est assassiné dans la chambre à gaz d’Auschwitz-Birkenau.

Son dernier texte philosophique Le Lundi existentiel et le Dimanche de l’Histoire est remis aux éditions Gallimard qui le publieront en 1945 dans L’Existence, volume dirigé par Jean Grenier.

  Blog fond 2

Si l’importance des lettres françaises pour la culture roumaine est souvent attestée, on doit souligner encore et toujours la contribution des consciences roumaines aux lettres et à la philosophie françaises (ainsi qu’au cinéma, Fondane s’y intéressait beaucoup).

Vincent Duclert
* https://www.editions-verdier.fr/v3/auteur-fondane-1.html

 

Réagir / Réactions

Commentaires

Flux You can follow this conversation by subscribing to the comment feed for this post.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.